Raconte moi une histoire… de management

Raconte moi une histoire de management

Si le management m’était conté, il le serait avec ces trois histoires humoristiques. Et comme tout conte qui se doit, nous débuterons avec la phrase magique « Il était une fois dans le monde du management ».

Les 3 enveloppes

Histoire Enveloppes Management

Il était une fois un Directeur des Systèmes d’Information tout fraîchement embauché afin de remplacer son prédécesseur, nouveau retraité, et pour donner un nouvel élan à cette société à fort potentiel.

Une soirée fut organisée afin de remercier l’ancien et de féliciter le nouveau Directeur des Systèmes d’Information. Lors de cette soirée, le DSI sortant prit à part le DSI entrant , lui offrit trois enveloppes et s’adressa à lui de la sorte :

– « Je vous félicite mon cher ami. Permettez-moi de vous offrir ces trois enveloppes et le conseil de management qui va avec… A chacune des difficultés que vous rencontrerez, ouvrez en une dans l’ordre indiqué ».

Quelques mois passèrent et la première grosse difficulté se présenta. Le DSI n’arrivant pas à trouver une solution satisfaisante, se rappela alors des 3 enveloppes de son prédécesseur… et ouvrit la première lui conseillant :

– « Charge ton prédécesseur ! »

Lors de la réunion du CODIR, le DSI appliqua à la lettre le conseil de son prédécesseur en le chargeant, expliquant qu’à cause de ce dernier rien n’allait. Le temps de l’ordre, des bonnes pratiques et de la gouvernance efficace était arrivé ! Ouf, la situation était sauvée…

Après quelques mois à remettre de l’ordre dans les affaires, la deuxième difficulté, largement plus importante que la précédente, se présenta sans une once de gêne. C’était sans compter cette deuxième et précieuse enveloppe que le DSI s’empressa d’ouvrir. Laconiquement, il était inscrit :

– « Dis que c’est un problème technique ! »

La voilà la réponse à cette grosse difficulté ! Ce qui fut dit fut fait et l’excuse fut acceptée par l’ensemble de la communauté. Le DSI était maintenant un sauveur avéré car par deux fois son entreprise il avait sauvé !

C’est donc confiant qu’il affronta cette troisième difficulté qui se présenta quelques temps après le dernier épisode. De toute manière, impossible d’y échapper… Fébrilement (c’était la dernière enveloppe !), le DSI ouvrit cette dernière pour y découvrir le dernier conseil de son prédécesseur :

– « Rédige trois enveloppes ! »

Une question d’introspection se pose à vous, ami lecteur : A quel numéro d’enveloppe en êtes-vous ?

 

Les cailloux

Histoire des cailloux management

Il était une fois le plus grand spécialiste et formateur en gestion du temps et des priorités que la terre ait jamais porté. Il  faisait des conférences dans le monde entier avec des taux de facturation à faire saliver les sociétés les plus lucratives…

Un jour, un grand défi fut lancé à cet expert parmi les experts : former les « top executives » d’une grande société du CAC40 à la gestion du temps et des priorités… en 15 minutes ! En effet, c’était le temps maximum que ces femmes et ces hommes pouvaient consacrer sans regarder leurs mails ou répondre au téléphone.

Le grand formateur releva le défi et se présenta peu de temps après devant cette assemblée de puissants. Pour toute arme, il avait répartit sur une table luxueuse un vivarium carré et trois sacs. Afin de rendre moins austère le tout, il avait décoré cette même table d’une fleur magnifique posée dans un vase. Le défi des 15 minutes pouvait commencer… le combat allait être titanesque.

Il demanda à l’équipe de se répartir autour de la table et, de son premier sac, sortit des gros cailloux qu’il réparti dans le vivarium. Le formateur regarda ses formés et posa la question suivante :

– « Et maintenant, peut-on en ajouter dans le vivarium ? »

Bien sûr, une réponse consensuelle fusa immédiatement :

– « Non, le vivarium est plein ! »

C’est alors que le formateur sortit promptement du deuxième sac… des graviers ! L’affrontement tournait à l’avantage du formateur qui reposa exactement la même question à ses formés :

– « Et maintenant, peut-on en ajouter dans le vivarium ? »

L’oeil affuté et le propos acerbe, l’auditoire répondit toujours consensuellement :

– « Bien sûr que oui, il reste un dernier sac sur la table ! »

Effectivement, l’assemblée avait raison et le formateur remplit avec application le vivarium du sable  contenu dans le dernier sac. Une fois l’action réalisée, il posa pour la troisième fois la question :

– « Et maintenant, peut-on en ajouter dans le vivarium ? »

Méfiante mais devant se rendre à l’évidence qu’il ne restait plus aucun sac, l’audience répondit par la négative. C’est avec un bel effet de manche que le formateur posa délicatement la fleur hors de son vase pour ajouter au vivarium l’eau contenue dans le récipient en ajoutant :

– « Maintenant, le vivarium est plein, il est impossible d’en ajouter plus ! »

Le suspens était à son comble… 10 minutes s’étaient écoulées et les 5 dernières minutes devaient être utilisées à bon escient. C’est alors que le formateur s’exprima en ces termes :

– « D’après vous, que pouvez-vous en déduire ? »

Après une minute interminable, le Directeur résuma la pensée de toute son équipe :

– « Nous pouvons en déduire qu’il est toujours possible d’en ajouter plus ! »

A ces propos, toute l’équipe souriait pensant que ces 15 minutes auraient pu être utilisées de meilleure manière. Cher lecteur, vous l’aurez compris, l’estoc finale fut portée par le formateur qui répondit après un silence volontaire :

– « Et bien non. Ce qu’il faut déduire, c’est que si les gros cailloux ne sont pas mis en premier, il ne sera alors pas possible de tous les poser dans le vivarium ! Maintenant, imaginez que la taille des cailloux équivaut à la taille des priorités. Il faut donc planifier les tâches les plus prioritaires en premier sinon, elles ne rentreront pas dans votre agenda »

Et vous, ami lecteur, quels sont vos gros cailloux du moment ?

 

Le jeune bûcheron

Histoire bucheron et hache management

Il était une fois un jeune bûcheron qui commença sa carrière dans la scierie la plus en vogue du moment. Il avait négocié un très bon salaire, la mission était super, le mode de management promettait un équilibre entre vie professionnelle et personnelle et il y avait même un baby foot ! Le jeune bûcheron était fort satisfait de son nouvel emploi chez Eden Tree et voulait prouver sa valeur dès la première semaine.

Le premier jour, après l’intégration d’usage de la société, le jeune bûcheron reçut son matériel, à savoir une superbe hache, des gants molletonnés en cuir, un casque high tech et le nécessaire de soin du tout.

Le manager du jeune bûcheron lui assigna un objectif SMART : couper 15 arbres dans la journée. Notre jeune bûcheron se mit à la tâche avec un grand enthousiasme durant sa première journée. Le résultat fut au rendez-vous, 18 arbres coupés en une seule journée. Son manager l’encouragea :

– « Je te félicite jeune bûcheron ! Continue comme ça demain et nous nous verrons à la fin de la semaine. »

Fort content du feedback de son manager, le jeune bûcheron, décida intérieurement, non pas de couper 15, ni même 18 arbres, mais bien 20 ! Le lendemain matin, il arriva tôt à Eden Tree pour arriver à ses fins. Il coupa finalement 15 arbres malgré ses efforts. Comment est-ce possible ?

– « Je dois être fatigué car je me suis couché tard hier. »

Le lendemain matin, après une longue et reposante nuit, le jeune bûcheron se remit à l’ouvrage, le coeur vaillant et son ego quelque peu froissé. Ce jour là, le résultat était encore pire que la veille… seulement 10 arbres !

Plus la semaine passait, moins le jeune bûcheron coupait d’arbres. 5 petits arbres coupés le jeudi et péniblement 2 le vendredi malgré un engagement entier et d’âpres efforts !

Le jeune bûcheron rencontra son manager, l’ego définitivement touché, la fatigue oppressante et un sentiment de frustration… Il fit son reporting et son manager lui posa alors cette question :

– « Quand as-tu aiguisé ta hache pour la dernière fois ? »

– « Aiguiser ma hache ? » répondit le jeune bûcheron. « Je n’ai pas eu le temps ! J’étais occupé à couper des arbres ! ».

Alors, ami lecteur, prenez-vous le temps d’aiguiser vos instruments ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *